Bonjour à tous, je suis Emma Levillair, Psychologue & Psychothérapeute

ainsi que Psychanalyste en formation,

dans une période ou la neuropsychologie est en vogue,

ou les TCC et l’hypnothérapie sont en forte demande de part leurs résultats rapides,

on est en droit de se demander : Pourquoi choisir la psychanalyse ?

N’est-elle pas vieille, poussiéreuse, datée ? N’a-t-elle pas été reléguée au placard ?
N’a-t-elle pas été définitivement rejetée par les patients, la rendant inutile ?

Je vais tenter dans les prochains articles de répondre à ces questions, et à celles qui les accompagnent, pour vous expliciter :

  • mon choix (et celui des autres)
  • les bénéfices de cette théorie
  • les clichés qui y sont collés (et leur vérité)
  • la modernité qui y réside

Commençons donc par vous expliquer mon choix qu’est la pratique d’orientation psychanalytique.

 

Qu’est-ce que c’est :

La psychologie est définie par le Larousse comme une :

  • Discipline qui vise la connaissance des activités mentales et des comportements en fonction des conditions de l’environnement
  • Connaissance empirique, intuitive des sentiments, des idées, des comportements humains

 

Elle est un medley d’études apportant la connaissance et de subjectivité, d’intuitions.

La psychanalyse donna à la psychologie l’essor dont elle avait besoin pour prendre la place qui est désormais la sienne. C’est grâce au mondialement connu S.Freud que la psychologie avec sa théorie psychanalytique se démocratisa.

La méthode psychanalytique étudie les visées inconscientes des conduites humaines.
C’est-à-dire qu’elle se concentre sur ce qui n’est pas dit, pas encore formulé à soi-même, inconnu à la conscience.

 

Mon choix :

Mon choix est subjectif, tout comme ma pratique. Il serait mentir que de présenter le psychologue comme dénué de personnalité. Ayant étudié le théâtre durant ma première tranche de vie, je suis très sensible au sous-texte, aux didascalies de la vie humaine.
C’est donc tout naturellement que j’ai choisi une faculté à orientation analytique pour utiliser mes capacités dans le soutien à l’autre.

Le monde contemporain me semble trop formaté, normé. Il demande à la personne de se fondre dans le groupe et l’intérêt commun et il nous pousse à porter un masque social de plus en plus constamment.

C’est en faisant cette constatation que j’ai choisi la psychanalyse. Celle-ci ne définit personne comme « normal », pousse l’individu à se connecter avec ses désirs inconscients et donc hautement personnels.
Elle permet de retrouver un sens premier à notre vie intérieure.

Ce sont ces choix que l’on pourra retrouver dans ma pratique : un respect immense de l’individu subjectif, une compréhension des ressorts qui nous agissent sans que nous le sachions.

 

Les autres :

Il est essentiel pour les patients, qu’il y ait à disposition autant de styles de psychologues que possible. Car toutes les personnes, toutes les situations sont uniques.
Le choix fait par un psychologue n’entraîne pas forcément un rejet des autres pratiques de cette science humaine. Il est donc assez fréquent que pour un même patient un projet pluridisciplinaire soit le mieux adapté.

Pour exemple : une personne très phobique pourrait en premier lieu voir un psychologue pratiquant les TCC afin de se soulager du symptôme. Puis ensuite voir un psychologue à orientation analytique afin de trouver la source du problème.

 


 

Dans les prochains articles, je tenterai de vous expliquer : les bénéfices de cette théorie, les clichés qui y sont collés, la modernité qui y réside.

 

Emma Levillair – Psychologue Clinicienne, orientation analytique. Spécialité Enfant, adolescent et jeunes adultes.

Paris 14, 6 rue de la Saône.

 

 

Pourquoi choisir la psychanalyse ?
Étiqueté avec :                    

2 avis sur « Pourquoi choisir la psychanalyse ? »

  • octobre 16, 2017 à 9:31
    Permalien

    I like the valuable info you provide in your articles. I will bookmark your blog and check again here regularly. I am quite certain I’ll learn a lot of new stuff right here! Best of luck for the next!

    Répondre
    • octobre 18, 2017 à 8:55
      Permalien

      Well thank you, I’ll try to do an article on bilingual people next time ! That would be an interesting topic.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *